UNIVERSITE DE THIES: Le Saes dénonce des scandales financiers

Les responsables du Syndicat autonome de l’Enseignement supérieur, ont fait face à la presse, à l’Ecole polytechnique de Thiès, pour revenir sur la situation de prérentrée universitaire. Pour le moment, une accalmie née de la signature du protocole d’accord gouvernement-Saes en mars 2018 est constatée. Certes, certains points relatifs au protocole d’accord sont en train d’être mis en œuvre, mais il reste que la question cruciale du Fonds de solidarité sociale qui est un point nodal de l’accord avec le gouvernement est toujours en souffrance. Ils ont aussi dénoncé des scandales financiers à l’Université de Thiès et fustigé le comportement de l’Acp.

Le Syndicat autonome de l’enseignement supérieur n’a pas manqué de donner sa position sur les différentes questions de l’heure pour une rentrée universitaire apaisée. Par rapport au Fonds de solidarité sociale, il constate que «malgré tous les efforts fournis, et toutes les démarches entreprises, le Directeur général de l’Enseignement supérieur, administrateur du Fonds, est coupablement inactif, les recteurs manquent de solidarité en refusant de s’acquitter de leurs cotisations au Fonds de solidarité, les Agents comptables particuliers (Acp) font preuve d’inconvenance, la Direction du Trésor public gère ses dépenses quotidiennes». El Hadji Malick Fall, secrétaire général national dudit syndicat, s’indigne : «certains de nos vieux retraités meurent, d’autres sont incapables de se prendre en charge sur le plan médical même si nous voulons rester prudes». Aussi, au gouvernement, le Saes demande d’instruire ses services déconcentrés de respecter les engagements auxquels il a souscrit.

L’Acp de l’Université de Thiès refuse de remettre à Mme le Recteur les relevés de comptes bancaires des opérations financières

Revenant sur la situation financière qui prévaut à l’Université de Thiès, le Syndicat autonome des enseignants s’interroge sur le fait que l’Agent comptable particulier (Acp) de l’Université de Thiès refuse de remettre à Mme le Recteur, qui assure la direction de l’université, par ailleurs ordonnateur principal du budget de l’institut, les relevés de comptes bancaires des opérations financières effectuées au nom et pour le compte de l’université. Ils ont tenu à rappeler qu’«à la veille des dernières élections législatives, plus d’un demi-milliard F Cfa avait mystérieusement disparu des comptes de l’Université Assane Seck de Ziguinchor (Uasz)».

«Pour une gestion transparente «des maigres ressources de l’Université de Thiès»

Aussi, le Saes exige une gestion transparente «des maigres ressources de l’Université de Thiès». Les syndicalistes déplorent avec regret «les scandales financiers qui secouent l’Université de Thiès» et estiment que «les rapports produits par les missions de vérification doivent être portés à la connaissance du Conseil d’administration». Aussi, manifeste-t-il tout son soutien «aux actions initiées pour une gestion plus transparente des deniers de l’Université de Thiès et les enseignants vacataires de l’Université de Thiès qui ne sont pas encore payés, presque une année après la fin de leur service». Il ne manque pas d’exiger la «finition des chantiers quasiment à l’arrêt depuis plusieurs mois dans les plus brefs délais».
Toujours selon les syndicalistes, «cette situation déplorable empêche le développement et l’envol de l’Université de Thiès». Aussi, réclament-ils «le remboursement des 260 millions F Cfa avancés depuis 2016 par l’Université suite à la réforme des titres et à la revalorisation de la prime académique et qui constituent un gap pour pouvoir boucler son budget annuel», et à Madame le Recteur de «verser la quote-part de l’Université dans le Fonds de solidarité sociale».